Atelier de Théâtre avec Frode Bjornstad

Du 27 au 31 mars 2017, à la Villa Mais d’Ici – Aubervilliers

Pour la deuxième fois, la Cie BrutaFlor a le grand plaisir d’accueillir le comédien et metteur en scène Frode Bjornstad pour un temps de travail. Un « atelier-chantier », ou la possibilité de se perdre dans le temps de la création et de plonger dans l’expérimentation du jeu d’acteur.

Quelques mots de Frode sur ce qui est le travail de l’acteur-passeur :

Toto et Tata s’adorent.

Un jour Toto dit : « Ne te laisse pas envahir, et surtout pas par toi-même. Si tu t’envahis, tu obstrues tout, tu te fais voir et tu te fais même comprendre ! »

Et Tata dit : « Laisse venir les sentiments et montre-les, jusqu’à même se laisser déborder. »

Carrément envahir ?

Toto et Tata s’adorent.

Il s’agit bien du travail d’acteur-passeur, il y a acte autant que passage.

Passage de chargements, par le travail de perception de part et d’autre, de donneur au receveur, tous actifs, dans ce commun de l’humain en toute sa profondeur, mystérieux et paradoxal.

Ce qui nous occupe, au théâtre, avec le passage, c’est l’action de passer, chercher à mettre en œuvre les relations actives, transmettre l’expression d’un passage possible aussi étroit soit-il.

L’exercice du jour passera par là.

Et dans cet exercice quoi de plus tentant de se faire aider par le travail de passage inouï de Babouillec :

« Rêver d’un instant de sommeil dans l’intervalle insomniaque des bobines du futur.

Rêver d’être l’enfant chérie d’une culture écervelée. Rêver, Rêver, Rêver. Ce mot attaché à la langue comme un ressort d’existence, un boomerang capable de faire des allers retours dans la matière indomptable pour échapper aux exigences des limites. Éprouvé dans sa quête du voyage, déboussolé par les intersections des fulgurances intérieures, l’imaginaire embarque le rêve et la folie devient le pilote.

Quel morceau de nous- même est suffisamment fugueur pour essayer ? »

Donc partir, transporter, transférer, décoller.

Les pieds bien plantés au sol.

 

               IMG_0243IMG_0218

 

Frode Bjornstad,

se vante d’abord de ne pas avoir eu à mettre les pieds dans une institution scolaire avant l’âge de sept ans et demi, de jouer et inventer – dans la rue et dans les bois à construire des cabanes perchées dans les hauteurs des arbres, – en été, sur et dans l’eau de la mer, en barques et radeaux bricolés pour fjords et étangs, canoë sur les lacs puis l’hiver en patins et en ski et creuser des grottes dans la neige. Adolescent, il aime parcourir le continent européen nouant surtout des liens derrière le rideau de fer. Voilà pour l’essentiel; les premières années d’une vie sont d’une importance souvent négligée. Le reste c’est de la technique, dit-il. Comme prendre quelques cours de théâtre à la fois théorique et pratique puis concourir à l’émergence, des années 80, de la scène alternative de Bergen (Norvège), tantôt comédien, tantôt technicien son et lumière, d’où a eu lieu l’importante rencontre avec le Théâtre du Radeau, qu’il intègre depuis 1989 pour plus de vingt années d’aventures. Depuis  2010 il travaille aux côtés de Marie-José Malis en tant que comédien et joue dans Le prince d’Hombourg de Kleist et Hypérion d’après  Hölderin. En 2012 il commence à travailler sur l’accès au théâtre aux handicapés mentaux et créé par la suite le groupe de théâtre « Les Volontiers ». En 2016 il rejoint le Théâtre du Radeau pour leur nouvelle création Soubresaut. 

***

Quand: du 27 au 31 mars

Lieu: La Villa Mais d’ici (Salle L’Auberge)
77 rue des Cités – 93300 – Aubervilliers
Métro Ligne 7 Aubervilliers Pantin Quatre Chemins

Horaire: 10h30 à 17h30

Tarif : 180€ (ou 150€ pour les inscriptions à deux)

Infos&Inscriptions : ciebrutaflor@gmail.com