Flavia Lorenzi

Metteuse en scène

D’origine brésilienne, elle a vécu dans la ville de São Paulo jusqu’à à l’âge de 27 ans, où elle a fait ses études d’art dramatique en tant que comédienne, et a suivi plusieurs formations de danse et improvisation. En 2004 elle fonde aux côtés d’un groupe d’artistes la compagnie Antikatartika Teatral, avec laquelle elle crée plusieurs spectacles en tant que comédienne, et tourne dans tout le Brésil. Parallèlement, Flávia devient professeur d’interprétation et d’expression corporelle, et travaille en tant qu’assistante de mise en scène à de nombreux projets.

En 2008 elle s’installe à Paris où obtient en 2012 une maîtrise en Études Théâtrales, à la Sorbonne Nouvelle (Paris III) ; sa recherche porte sur deux  compagnies qui pratiquent un art à lisière du théâtre et de la danse, tout en abordant la notion de choralité.

En tant que comédienne Flavia côtoie de nombreuses compagnies et metteurs en scène, notamment le Théâtre du Soleil, le metteur en scène brésilien Antonio Araujo (Teatro da Vertigem), Stéphane Braunschweig, Mario Biagini, Yoshi Oïda, Frode Björnstad (Théâtre du Radeau), Maria Clara Ferrer, Marcus Vinicius Borja et plus récemment Laëtitia Guédon.

En 2012 elle fonde la compagnie de théâtre BrutaFlor, dont le premier spectacle est crée, au Théâtre de l’Opprimé, à Paris : Fleur d’Obsession, d’après les oeuvres du dramaturge brésilien Nelson Rodrigues. En avril 2014, Sujet pour une petite nouvelle, une variation de La Mouette de Tchekhov.

De septembre à décembre 2015, Flavia dirige un atelier de danse-théâtre à Confluences, Paris. Depuis 2014 elle intervient en tant que metteure en scène à la Libre École Rudolf Steiner, à Verrières-le-Buisson, et monte avec les élèves Beaucoup de bruit pour rien, de Shakespeare, ensuite Arlequin serviteur de deux maîtres de Carlo Goldoni, Pinocchio de Joël Pommerat et plus récemment La nuit des rois, de Shakespeare et Les fourberies de Scapin, de Molière.

En 2016 Flavia participe, en tant que performeuse, à l’oeuvre This Progress de l’artiste contemporain Tino Sehgal, au Palais de Tokyo. En décembre 2016 et août 2017 elle intervient en tant que professeur à l’université de théâtre Célia Helena, à São Paulo, Brésil. En septembre 2017 elle joue et assume la préparation corporelle dans Bacchantes, mis en scène par Marcus Borja au CNSAD.

En juin et juillet 2018 elle participe en tant que metteure-en-scène à “Un festival à Villeréal” et créé Antiogne d’après Bertold Brecht. En janvier 2019, avec la Cie BrutaFlor, elle créé Les étoiles de notre ciel au Théâtre du Soleil.
En juin de la même année, elle met en scène Nijinski, ou la dernière danse du Dieu Bleu, avec le comédien Arman Saribekyan. Le spectacle a été joué dans des festivals en Armenie et au Kosovo, et présenté en France en février 2020 au Théâtre du Soleil.

Lors de l’année 2020, elle accompagne et collabore au processus de création de L’île d’or, nouveau spectacle du Théâtre du Soleil, dirigé par Ariane Mnouchkine.

En 2021 Flavia commence la création des deux nouveaux spectacles au sein de la Cie BrutaFlor: Les Héroïdes, qui fera partie du prochain Festival Fragments – La Loge, et J’ai appris à nager maman!, écrit et joué par la comédienne Maïe Degove, qui sera en résidence de création à l’Annexe de Romainville et à Anis Gras.