Les étoiles de notre ciel

Du 09 au 27 janvier 2019 au Théâtre du Soleil

Le spectacle Les étoiles de notre ciel a reçu le label “Centenaire” de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.

 

  • Présentation

Le point central de notre création est l’adaptation pour les planches du recueil Paroles d’enfants dans la guerre de Zlata Filipovic et Mélanie Chalenger, et l’ouvrage Derniers Témoins, de l’écrivain et journaliste biélorusse Svetlana Alexievitch.

Paroles d’enfants dans la guerre, paru en 2006, contient 14 journaux intimes de jeunes gens âgés de 13 à 20 ans, dont la vie a été touchée par les violences du XXème siècle et des premières années du XXIème siècle. Derniers témoins, paru en 2005 à Paris, présente des récits de personnes qui enfants, ont vécu la deuxième guerre mondiale. Elles sont interviewés à l’âge adulte, mais n’étaient âgés que de 4 à 14 ans pendant les faits.

Notre projet a la vocation de porter un regard sur la guerre par le prisme de ces enfants, que le destin a jetés au cœur de différents conflits de l’Histoire contemporaine.

La jeunesse est donc au centre de notre travail, non seulement par le sujet abordé mais également parce que nous aimerions toucher plus spécifiquement un public jeune, dont le regard et les réflexions sur le monde d’aujourd’hui sont encore en formation. Dans un pays comme le notre où les guerres qui l’entourent s’affichent principalement par des images violentes dans les médias et par des débats politiques abstraits sur les victimes et les réfugiés de ces conflits, il nous semble essentiel de réfléchir de façon sensible sur cette question. Nous voulons présenter un théâtre qui puisse être sensible et formateur aux yeux de la jeunesse actuelle.

Les guerres arrivent à de gens comme nous – des gens avec des espoirs, des désirs et des problèmes, quels que soient l’époque et le lieu -, des gens comme nous tous. Entrer dans l’intimité de ceux qui ont vécu des conflits nous oblige à sortir des vertigineux comptes de morts, des images de refugiés émaciés, et à contempler ces personnes, une par une, à imaginer leur vie, leur destin.

Zlata Filipovic

 

  • Note d’intention par Flavia Lorenzi

Il y a quelques années j’ai commencé une plongée de longue haleine dans le monde de la mémoire historique et politique au travers de récits intimes et poétiques. Après avoir abordé ce sujet par l’histoire oubliée de l’Amérique latine – domaine qui concerne plus directement mes racines -, j’ai entamé une recherche passionnée dans l’Histoire récente de l’Europe. Parmi les nombreux ouvrages que j’ai lus, deux m’ont immédiatement happée : le recueil de journaux intimes Paroles d’enfants dans la guerre et le livre Derniers Témoins.

Ces récits qui traversent la grande Histoire, par leur intimité, leur familiarité, m’ont saisie avec une force ravageuse. J’avais besoin de partager, de parler de ces vies et de ce qu’elles témoignent, de trouver une forme pour exprimer ce qui m’avait profondément touchée. J’ai décidé d’amener ce sujet au sein de la Cie BrutaFlor et d’inviter des artistes sensibles à cette matière.

Mais comment parler de la guerre, d’une guerre qu’on n’a pas vécue ? Comment incarner ces récits et faire du théâtre à partir de cette matière? Je n’ai pas entamé ce projet sans ces préoccupations et sans une certaine gêne d’aborder ces réalités que ni moi ni personne dans notre équipe avaient connues intimement. J’ai alors eu l’occasion de partager mes interrogations avec l’autrice du recueil de journaux intimes, Zlata Filipovic, dont la réaction a été univoque et extrêmement encourageante, nous apportant tout son soutien pour que ces voix qu’elle avait elle-même recueillies se propagent le plus possible.

Ces paroles – qui sont également des documents historiques – nous ont été transmises par des personnes qui ont trouvé dans l’écriture et le témoignage un acte de résistance, une sorte d’échappatoire aux horreurs de la guerre, dans un désir violent de communiquer, de penser que quelqu’un écoute, entend, comprend. Mon désir est de prolonger le geste de résistance entamé par chacun de ces jeunes, les sortir du passé et les mettre au présent du plateau : chanter leurs chants, leurs lamentations, leurs épiphanies.

 

D’après

Paroles d’enfants dans la guerre de Mélanie Challenger et Zlata Filipovic

et Dernier Témoins de Svetlana Alexievicht

Mise en scène et dramaturgie

Flavia Lorenzi

Jeu 

Bruno Stierli, Camille Duquesne, Enora Henry et Maïe Degove

Création lumière

Arthur Braesch

Création son

Arthur Braesch et Enora Henry

Administration

Jean-Michel Poulé

Diffusion

Cie BrutaFlor

dossier artistique
dossier pédagogique